World Health Assembly

La WHA comme si vous y étiez

Bonjour à tous.

Me revoilà de retour au pays après une dizaine de jours passée à Genève à l’occasion de l’assemblée mondiale de la santé ou World Health Assembly (WHA). J’ai eu l’honneur de faire partie de la délégation de l’International Federation of Medical Student’s Associations (IFMSA) qui est une des ONGs en relation officielle avec l’OMS et qui de ce fait bénéficie d’un droit d’entrée et de parole pendant la WHA.

La délégation se composait d’une cinquantaine de délégués venant du monde entier, et pour nous préparer au mieux à interagir avec le monde de la diplomatie en santé, IFMSA a organisé une formation préalable de cinq jours: la pre-WHA qui avait lieu du 17 au 21 mai.

Durant ces quelques jours, nous avons eu la visite de plusieurs intervenants, tous spécialistes dans leur domaine et qui nous ont fait profiter de leur expérience et de leurs connaissances à travers tables rondes, ateliers et autres cours théoriques.

La délégation était subdivisée en 4 équipes, chacune s’occupant d’un thème. Je faisais partie de l’équipe qui s’occupait des ressources humaines en santé. Notre objectif était d’ecrire une brève déclaration présentant la position d’IFMSA sur le sujet et de pouvoir la présenter au maximum d’états membres pendant la WHA. Si vous voulez en apprendre plus, je vous invite à lire cette entrée sur le blog d’ifmsa.

20170520_141030

Amine Lotfi et Zineb Bentounsi avec SAR la princesse de Jordanie Dina Mired qui est venue nous parler de son expérience dans la lutte contre le cancer et les maladies non transmissibles. 

A partir du 22 mai, qui marquait l’ouverture de la WHA, nous avons été plongé dans l’arène! Imaginez cinquante étudiants en médecine arrivant chaque matin au Palais des Nations, qui n’est rien de moins que le siège de l’ONU, et essayant de faire leur place parmi les délégations ministérielles et les ONGs. Le moins que l’on puisse dire c’est que nous avons été remarqué!

Nous avons été remarqué sur place, à travers les prises de position que nous avons exprimées au cours des différentes réunions et évènements, et sur les réseaux sociaux, le compte twitter IFMSA étant régulièrement parmi les 10 comptes les plus actifs sur le #WHA70. Tout ceci n’a été possible que grâce au travail acharné de toutes les délégations qui nous ont précédées et nous nous sentions le devoir d’être à la hauteur de notre réputation et de donner le meilleur de nous même. Les journées étaient donc très longues, entre les sessions plénières, les réunions de la délégation, les réunions avec des partenaires et les Sides events (évènements en marge de la WHA qui peuvent avoir lieu en dehors du Palais et qui sont tout aussi, voire plus, importants que l’assemblée). Pour un compte rendu plus détaillé sur les éléments phares de la WHA, je vous invite à lire cet article.

FB_IMG_1496156023199

Quant à moi, ce qui m’a le plus frappé c’est à quel point la santé est une affaire politique! Certains pays ont des intérêts qui s’opposent et utilisent la WHA comme une arène pour régler leurs comptes. Les procédures et la bureaucratie sont aussi assez pesantes. Vous voyez à quoi ressemblent nos assemblées générales? Multipliez la complexité par dix!

Mais ces petites désillusions n’ont pas eu raison de mon optimisme! Je continue à croire en la légitimité de l’OMS qui a eu beaucoup de réussite quoi qu’en disent les détracteurs (l’éradication de la polio, les avancées dans la lutte contre le SIDA, la diminution de la mortalité materno-infantile, la vaccination….). A présent une nouvelle ère s’ouvre pour la santé publique avec l’élection du premier Directeur Général  africain en la personne de Tedros. Beaucoup espèrent que cela donnera un nouveau souffle à l’OMS.

En tout cas, nous ne devons pas oublier notre rôle à nous, futurs médecins! Notre engagement est nécessaire que ce soit à l’échelle de notre pratique clinique auprès des patients, ou que ce soit à travers nos actions humanitaires et/ou diplomatiques. C’est à nous de demander des comptes à nos décideurs pour que la santé, qui est un bien commun, soit toujours au coeur de toutes les politiques.

J’aimerais terminer en citant les mots du Dr Margaret Chan, la Directrice Générale de l’OMS dont le mandat se termine en juillet, après 10 ans de bons et loyaux services: “Avant toute chose, n’oubliez pas les personnes! Derrière chaque statistique, il ya une personne qui définit notre humanité et mérite notre compassion, surtout lorsque la souffrance et la mort prématurée peuvent être évités” 

Zineb Bentounsi.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s